Coaching étudiantsorientation professionnelle

Orientation professionnelle : choisir son avenir

Connaître les règles du jeu pour trouver un emploi

En situation de raréfaction des opportunités d’emploi et de concurrence aiguë pour accéder aux meilleurs positions sociales, celles et ceux qui doutent restent au bord du chemin.

C’est aussi la réalité des entreprises aujourd’hui. L’adhésion aux règles de fonctionnement et surtout le partage des valeurs de performance économique des entreprises est le critère numéro un. Il faut se couler dans le moule pour espérer faire partie des happy-few qui tireront leur épingle du jeu. Faire allégeance. Cette adhésion est en France surtout prouvée par une forme d’épreuve  d’initiation qui s’appelle les classes prépas. Hors passage par cette phase il demeurera un doute sur votre propension d’adhésion et d’appartenance à la communauté des leaders économiques.

L’engagement professionnel

Lors d’une présentation auprès de responsable d’universités, j ai été étonné, lorsque je parlais des valeurs d’engagement que nous recherchions chez les jeunes que nous souhaitions recruter. Un des participants  s’interrogeait sur la notion d’engagement « Je croyais que les grandes entreprises n’aimaient pas trop les salariés engagés. Est-ce nouveau que vous souhaitiez recruter des jeunes engagés ? ». L’engagement dans les entreprises implique bien sûr de savoir faire des concessions pour concilier des enjeux économiques, sociaux et environnementaux. Cela s’appelle le développement durable. Mais il implique aussi de savoir distinguer ce qui relève du politique et de la morale.

Une jeune étudiante dans une prestigieuse grande école lors d’une table ronde sur la fonction de manager m’a posé la question suivante  “Est-ce que le managers qui réussissent le mieux sont ceux qui s’occupent de leur équipe ou ceux qui s’intéressent d’abord à leur réussite professionnelle personnelle ? Comment concilier des valeurs humaines avec les enjeux des entreprises aujourd’hui avec toutes  ses luttes de pouvoirs ?”

De vraies questions!

Développer l’entrepreneuriat social et solidaire

Les jeunes qui recherchent du sens, veulent se sentir socialement utiles. Des initiatives doivent aujourd’hui leur permettre de développer des compétences d’entrepreneuriat social et surtout leur envie d’entreprendre. Des correspondants entrepreneuriat ont été nommés dans les institutions (universités et grandes écoles) mais cette fonction leur est parfois (souvent) attribuée en sus de leurs autres responsabilités et sans réels moyens pour engager des actions significatives. Des associations étudiantes sont particulièrement actives dans ce domaine et contribuent à répondre au vrai désir des jeunes de s’engager pour répondre à des besoins sociaux, sociétaux ou environnementaux.

Aujourd’hui la reconnaissance du statut d’étudiant entrepreneur est un vrai progrès dans les grandes écoles et les universités. Les entreprises doivent accompagner cette démarche car malheureusement les moyens financiers des universités sont très restreints  pour le faire.

L’économie du futur sera tirée par les initiatives individuelles, la coopération au travers des réseaux. Jeremy Rifkin parle de “communaux collaboratifs” et de “la société du coût marginal zéro” qui vont bouleverser nos modèles économiques.

http://www.arte.tv/guide/fr/055431-001/entretien-avec-jeremy-rifkin

Aujourd’hui la reconnaissance du statut d’étudiant entrepreneur est un vrai progrès dans les grandes écoles et les universités. Les entreprises doivent accompagner cette démarche car malheureusement les moyens financiers des universités sont très restreints  pour le faire.

S’engager dès aujourd’hui dans l’entrepreneuriat et plus précisément l’entrepreneuriat social et solidaire c’est se donner toutes les chances de contribuer à inventer l’avenir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + deux =